construction

Comment faire du compost en copropriété ?

By août 6, 2019 No Comments

compost copropriété

Le changement climatique fait aussi changer les mentalités. En effet, le gaspillage alimentaire représente un coût de 16 milliards d’euros par an en France ce qui est considérable. De nombreuses personnes ont décidé de faire du compost une activité quotidienne, qu’elles se trouvent dans leur jardin en campagne en pleine ville sur leur balcon. Une nouvelle pratique se développe, c’est de pratiquer le compostage collectivement en installant un composteur en copropriété dans une partie commune.

 

Compost en copropriété : c’est quoi le compost ?

 

On peut résumer le terme compost comme un fertilisant résultant de la fermentation de matières organiques et végétales.  Le compostage est écologique, pratique et économique car vous réduisez votre quantité de déchets pour obtenir un engrais gratuit permettant de fertiliser votre jardin ou potager. Le compostage offre donc de nombreux bénéfices autant pour l’environnement que pour celui qui le pratique. Tout le monde est donc gagnant.

 

Compost en copropriété : quels types de déchets ?

 

Déchets à composter

Ce qui est bien avec le composteur, c’est que la plupart de vos déchets iront dedans. Vous y placez :

  • Épluchures de fruits et légumes
  • Marc de café et filtre en papier
  • Coquilles d’œufs
  • Fleurs fanées
  • Pain
  • Feuilles
  • Mauvaises herbes
  • Fleurs
  • Mouchoirs en papier
  • Sachets de thé, d’infusion et tisane

 

Déchets qui ne se composent pas

Par contre, si vous ne voulez pas déranger vos voisins avec l’odeur, il faut éviter :

  • Plantes malades
  • Viande (chair, os, cartilage, etc.)
  • Poissons
  • Mollusques
  • Crustacés
  • Produits laitiers
  • Pelures d’orange, de citron ou de pamplemousse

Le Syndicat Mixte Nord Dauphiné vous les donne tous ici : http://www.smnd.fr/Que-mettre-et-ne-pas-mettre-dans.html

 

Compost en copropriété : sur une partie privative

 

Dans la plupart des cas, ce sont les habitants de l’immeuble individuellement qui prennent cette initiative. Quand ils disposent d’un jardin ou une terrasse à jouissance privative c’est possible à condition bien sûr que l’espace le permette. L’autre grand problème est le risque de trouble du voisinage. En effet, l’odeur qui s’en dégage peut affecter les voisins ce qui empêche souvent l’installation.

En général, ce sera un petit composteur pouvant contenir que quelques litres de déchets. Vous pouvez le fabriquer vous-même mais pour éviter déranger les voisins, vous pouvez en acheter un qui ne dégage aucune odeur.

Si vous voulez obtenir de l’engrais plus rapidement, vous pouvez utiliser la technique du lombricomposteur. Ici, les déchets sont transformés en engrais grâce à des vers de compost. Leur travail est de manger puis de digérer les déchets présents. De plus, ils vous réduisent considérablement la quantité de déchet et il n’y a pas d’odeurs. Seul problème : ne pas être phobique des vers !

Enfin, le coût d’un composteur peut énormément varier car tout dépend de sa taille, de sa performance et des matières qui le composent. Vous pouvez trouver des petites poubelles à compost coutant 20 euros ou 50 euros pour un petit composteur en plastique. Les prix peuvent monter jusqu’à 150 euros.

 

Compost en copropriété : sur une partie commune

 

Certaines copropriétés disposent d’un composteur collectif en pieds d’immeuble. Ce dispositif est très simple à mettre en place, il est placé en bas de l’immeuble, près du local à poubelles, dans le coin d’une terrasse collective, voire dans un espace vert. Tous les logés ont accès au dispositif.

 

Un dispositif respectueux de l’environnement

Compté parmi les gestes écologiques à adopter dans sa copropriété (vous pouvez retrouver les autres ici), le composteur collectif permet de réduire considérablement le gaspillage d’un immeuble entier. L’engrais qui en résulte permet à tous les habitants d’entretenir leurs fleurs et potagers et même de valoriser l’espace vert de la copropriété. Le tout à zéro coût donc tout le monde y gagne !

Si la copropriété dispose d’un gardien, celui-ci aura la mission de gérer le compost et d’orienter les habitants à bien utiliser le composteur.

 

Un vote en assemblée générale

L’assemblée générale va procéder à trois votes pour installer un composteur dans la copropriété :

  • Se prononcer sur le principe du compostage
  • Choisir le lieu où sera installé le composteur
  • Choisir le composteur à moins que celui-ci soit fourni gratuitement par la collectivité locale ou territoriale

Le vote se fera soit à majorité simple (article 24) soit à majorité absolue (article 25) si on estime que c’est un équipement commun.

>> A lire aussi : les règles de majorité en copropriété

 

Et le prix dans tout ça ?

Si vous avez de la chance, il se peut que votre commune ou la collectivité territoriale où se situe votre copropriété vous en mette une gratuitement à votre disposition. Sinon, les collectivités vous en proposent à prix très bas allant de quelques dizaines d’euros à plusieurs centaines d’euros.